La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

On croit souvent que le vieillissement est synonyme de perte de mémoire et de troubles cognitifs. Chez certaines personnes vieillissantes, il est vrai que l’on peut observer des troubles de mémoire, de compréhension et/ou de concentration à un certain degré.

Ce stéréotype est très répandu, mais n’est pas nécessairement véridique, le déclin cognitif n'affectant pas toutes les personnes de la même façon.

Des associations claires existent entre le déclin cognitif et divers facteurs : le stress oxydatif, l’hérédité, les radicaux libres, l’inflammation chronique, la nutrition sous-optimale, diminution de la sécrétion des neurotransmetteurs et les hormones. Heureusement, bon nombre de ces facteurs sont modifiables et peuvent être améliorés avec des changements en lien avec le mode de vie.

Nutrition

Notre cerveau est composé en majeure partie de gras. De ce fait, de plus en plus d’études établissent un lien entre une grande consommation de gras végétaux (huile d’olive, avocat, noix) et de poissons gras, à une réduction du déclin cognitif. Les oméga 3 principalement sont des composantes essentielles aux neurones. À l’inverse, une diète trop riche en gras saturés, en majorité de sources animales et en gras trans, peut provoquer une dégénérescence des neurones et réduire les performances intellectuelles.

La consommation quotidienne de petits fruits, les plus riches en antioxydants : bleuets, canneberges, mûres, framboises, fraises sont associés à un moins grand déclin cognitif. Beaucoup de bienfaits sont également attribuables au thé vert, au vin rouge, au cacao, aux légumes verts feuillus et aux crucifères (brocoli, chou).

Habitudes de vie

L'inflammation systémique chronique peut être induite par le tabagisme, l'obésité et les troubles du sommeil. De plus, un niveau inadéquat d’hormones du stress (cortisol, adrénaline…) et un manque d’activité physique sont préjudiciables à la mémoire et la concentration.

Compléments alimentaires

Les vitamines B, en particulier les vitamines B1, B6, B9 et B12 jouent un rôle primordial dans la mémorisation. Elles participent au processus de fabrication de l’acétylcholine, un neurotransmetteur indispensable aux fonctions de l’apprentissage. Le fer, un minéral essentiel permet de transporter l’oxygène au cerveau.

De plus, d’autres compléments peuvent être utiles, tels que : ginkgo biloba, L-Carnitine, ginseng, oméga 3, selon vos besoins.

Au plaisir !

 

 

Marie Michèle Breton, Naturopathe agréée

819-740-1675

www.manaturopthe.ca